Les actions locales ( SCOT Sud 54 , rythmes scolaires, Energie, Economie,...)

Le Gouvernement a présenté ce matin les grandes orientations du Projet de loi de finances pour l’année 2017.

A ce titre, Michel Sapin a promis de faire revenir le déficit à 2,7% du PIB l’année prochaine, alors qu’il sera vraisemblablement à 3,3% en 2016.  Le Gouvernement base ses estimations sur une prévision de croissance de 1,5% en 2017, très loin de la majorité des instituions économiques. Fidèle à sa méthode, le Gouvernement prévoit également une hausse des dépenses publiques de 1,6% en valeur, après les avoir déjà augmentées de 1,4% en 2016.

Le Haut Conseil des Finances publiques (HCFP), chargé d’apprécier le réalisme et la cohérence des prévisions macroéconomiques du gouvernement, rend chaque année son avis sur les orientations du futur budget.

Il a cette année condamné très vertement les prévisions du Gouvernement. Il  juge à ce titre « improbable » la réduction du déficit conjoncturel de 3,3% à 2,7% en 2017. Il considère également comme « incertain » le retour du déficit public dans les critères de Maastricht, en dessous des 3%.

Quant aux estimations de croissance, le HCFP juge la croissance prévisionnelle pour 2016 « un peu élevée », et celle pour 2017 « optimiste », alors que tous les instituts de prévoyance place le taux de croissance potentielle à 1,2% en 2017 (contre 1,5% dans les plans du Gouvernement).

L’avis rendu par le HCFP est cruel pour le Gouvernement, qui refuse une nouvelle fois de prendre la mesure de la situation. Nos finances n’ont pas besoin de cet optimisme trompeur. Nous devons regarder la réalité avec lucidité, et engager rapidement l’assainissement de nos finances publiques, en faisant le maximum pour réduire notre déficit et retrouver enfin des marges de manœuvres économiques. C’est la condition impérieuse pour retrouver notre souveraineté budgétaire, réduire notre dépendance à la dette, et stopper l’augmentation du chômage par une relance de notre appareil productif.

Le Gouvernement démontre sans doute une dernière fois son art de l’esquive et de la fuite en avant dans les déficits publics. Cet aveuglement est dangereux, alors qu’un discours de vérité devrait être tenu aux Français. Il est donc nécessaire pour l’opposition de présenter avec responsabilité la réalité de la situation, tout en exposant une vision d’espoir et d’avenir pour notre pays, à l’aube d’un débat crucial pour les cinq années à venir. 

Vous pouvez retrouver ici l’avis rendu par le Haut Conseil des Finances publiques.

Publié dans Travail parlementaire
Page 1 sur 4
JoomShaper