« L’écart entre les plus riches et plus pauvres s’agrandit. Il y a quelque chose d’immoral et d’amoral. Il y a une régulation qui ne s’opère pas. A titre personnel, je le déplore et le regrette », estime Jean-François Husson.

Le rapport annuel de l’ONG Oxfam sur les inégalités qui est paru le 25 janvier montre que les plus riches ne connaissent pas la crise, malgré l’épidémie de covid-19.

« Ça démontre aussi qu’il y a un dysfonctionnement dans nos économies, dans l’appropriation des richesses à l’échelle de la planète. La mondialisation n’opère pas de redistribution entre riches et pauvres, ni entre pays » ajoute le sénateur de la Meurthe-et-Moselle, selon qui « on a une obligation de repenser nos modèles de développement économique. C’est la richesse, mais aussi le développement social et les enjeux écologiques ».

« Je ne suis pas un ennemi de la création de richesse, je pense que le modèle libéral est celui qui a apporté le plus », tempère Jean-François Husson, « mais il faut remettre des règles, de la régulation et de la morale ».

Lors de l’examen du projet de loi de finances 2021, il a proposé une « contribution exceptionnelle sur la vente à distance », dite contribution Amazon. L’idée a été « rejetée par le gouvernement ».

Enfin, Jean-François Husson craint à terme « un cocktail explosif » pour nos sociétés.