Parce que nos enfants méritent mieux qu’une réforme inaproppriée et assouplie précipitamment, Jean-François HUSSON, souhaite qu’elle soit suspendue et sollicite l’arbitrage du Premier Ministre sur le sujet. 

Dans certains territoires, les difficultés rencontrées ne peuvent trouver de réponse. L’assouplissement annoncé prévoit de laisser aux maires jusqu’au 6 juin pour proposer des organisations qu’on leur a refusées jusqu’alors. Cela témoigne d’une précipitation dommageable et une nouvelle fois, d’un manque de considération pour le travail de proximité des élus dans leurs territoires, et pour leur volonté d’agir en étroite concertation avec les parents, enseignants, personnels, associations,… 

Jean-François Husson alerte le gouvernement sur certains points qui, au-delà du financement, méritent une vigilance particulière: 

– les difficultés organisationnelles dans les villages en regroupements pédagogiques dispersés

– la spécificité des écoles de maternelles. 

 

Retrouvez le courrier adressé au Premier Ministre sur le lien suivant, ainsi que le communiqué de presse relatif à l’annonce de l’assouplissement de la réforme.