Mercredi 24 mars dans la matinée, la commission des Finances du Sénat auditionnait Monsieur Jean Arthuis à la suite de la publication du rapport de la commission Arthuis sur l’avenir des finances publiques.

Les principaux axes de la stratégie budgétaire proposée reprennent largement les orientations que Jean-François Husson avait formulées lors de l’examen du budget : continuer à soutenir l’économie jusqu’à la fin de la crise ; commencer à redresser les comptes publics en 2023, une fois le PIB revenu à son niveau d’avant-crise ; etc.

Néanmoins, Jean-François Husson regrette que la commission ne se prononce pas sur un objectif de dette ou de déficit à moyen terme et se contente uniquement d’établir différents scénarios, d’ailleurs peu lisibles. C’est pourtant précisément sur ce terrain que l’on attendait aussi ses conclusions.

Enfin, alors que la commission avait pour mission d’établir un diagnostic partagé sur la situation des finances publiques, son rapport ne tient pas compte du moindre recul du PIB enregistré en 2020 (- 8,2 %, et non – 11 % comme prévu par le Gouvernement), pourtant connu depuis janvier, et de l’exécution budgétaire meilleure qu’escompté.

Finalement, on peut se demander si ce rapport n’arrive pas à contretemps alors qu’il faudra « en même temps » augmenter les dépenses utiles à la croissance et réduire les dépenses courantes.

Retrouvez également l’article de Public Sénat consacré à cette audition : cliquez ici.