Jeudi 12 juillet, j’ai pris la parole dans la discussion générale du débat sur l’orientation des finances publiques et du Projet de loi de règlement du budget et l’approbation des comptes de l’année 2017.

L’année 2017 a été marquée par une croissance économique plutôt inattendue à 2,2%, retrouvant son niveau de 2011 alors que la Loi de finances initiale prévoyait 1,5%. Cette croissance, bonne nouvelle pour notre économie et nos finances publiques, a permis notamment de réduire notre déficit public, de repasser en dessous de la barre des 3% et de sortir de neuf années de procédure pour déficit excessif.

Le Gouvernement tend à s’attribuer le bénéfice de cette amélioration… Cependant, la réalité est bien différente. Elle s’explique, pour l’essentiel, par des mesures exceptionnelles ou exogènes au budget de l’Etat dont les dépenses ont, quant à elles, fortement dérapé.

En matière de dépense, L’Etat a une nouvelle fois imposé des restrictions importantes aux collectivités territoriales déjà durement malmenées ces dernières années.

Cette attitude illustre un problème de méthode et de dialogue inabouti de la part de ce Gouvernement avec les collectivités locales et leurs élus.