Lundi 17 février dernier, Jean-François Husson était à Minorville, commune la plus éloignée du département de Meurthe-et-Moselle d’un distributeur automatique de billets (DAB), pour interpeller sur un dossier suivi avec attention depuis 2 ans : le retrait progressif des DAB, véritable service au public, dans les territoires ruraux.

Il a à cette occasion appelé à sortir du raisonnement en silos entre les acteurs bancaires, la répartition des DAB étant insatisfaisante à l’échelle nationale alors que leur quantité est l’une des plus élevée d’Europe. Or, les transactions en France se font encore à 68 % en cash. Et malgré un recul inexorable lié au développement des nouveaux moyens de paiement, la Banque de France elle-même reconnait qu’il est « illusoire » d’envisager une disparition du cash à moyen terme.

Une véritable « course de lenteur » semble pourtant s’opérer pour trouver une solution entre les acteurs bancaires et dans le même temps, la commission interbancaire de retrait (CIR) a décidé d’augmenter de 56 % cette année, passant de 57 à 87 centimes, afin de faire face aux banques en ligne, qui n’entretiennent pas de réseau de DAB.

René Acrement, Maire de Cirey-sur-Vezouze, était également présent à cette occasion pour témoigner de la situation de sa commune : après 2 ans de combat pour conserver le dernier DAB de l’ancien canton, il n’a pas eu d’autre choix que de payer 7 500 € pour éviter une fermeture… une véritable double peine pour Cirey-sur-Vezouze !

Jean-François Husson a à nouveau saisi le ministre de l’Économie et des Finances, M. Bruno Le Maire, ainsi que la Banque de France et la Fédération Bancaire Française, pour rappeler la nécessité d’agir et trouver une solution concertée et intelligente entre tous les acteurs.


Le Sénateur a appelé à assurer un maillage territorial cohérent, avec des coûts partagés entre les acteurs bancaires, afin d’éviter des zones blanches où les inégalités, bien souvent, se cumulent.