Jeudi 8 février 2018, Monsieur Didier Migaud, premier président de la Cour des comptes, a présenté au Sénat le rapport annuel qui dresse notamment le bilan de la situation d’ensemble des finances publiques à la fin du mois de janvier 2018 et qui contient les observations et recommandations de la Cour sur les finances et politiques publiques.
Ce rapport souligne la trop lente la réduction de nos déficits qui se conjugue avec une dette trop élevée. Il estime d’ailleurs que la situation de la France demeure dégradée comparativement à celle des autres pays de la zone euro. Une mise en garde contre tout relâchement et une invitation au Gouvernement à aller plus loin dans les efforts, notamment en matière de réduction de la dépense publique.
J’entends rester attentif et vigilant sur l’action que le Gouvernement conduira pour restaurer « la bonne santé » de nos finances publiques. L’Etat, qui a tendance à s’exonérer des efforts demandés aux collectivités locales – ce qui fut malheureusement le cas durant le quinquennat du Président Hollande – doit désormais montrer lui-même l’exemple. Faute de quoi, les objectifs qu’il fixe par la loi de programmation pour les années à venir ne seront pas atteints, fragilisant la nécessaire cohésion du Pays, ce qui n’est pas souhaitable.