La délégation aux collectivités territoriales prépare depuis l’automne dernier un rapport sur « les collectivités territoriales et les ruralités » dont Jean-François Husson est l’un des rapporteurs. C’est à ce titre qu’une partie de la délégation s’est rendue du 3 au 5 juillet en Autriche.

Un choix qui ne doit rien au hasard : ce pays, dominé à l’Ouest par les Alpes, est composé à plus de deux tiers de montagnes, et l’État a mis en place en conséquence une politique de développement rural spécifique aux enjeux, que la délégation, dans le cadre de ses travaux, souhaite étudier plus en profondeur.

À son arrivée à Vienne, le groupe s’est rendu au Parlement autrichien pour un premier entretien avec des représentants du ministère du développement durable, des responsables agricoles et leurs homologues parlementaires, pour un échange de vues sur la politique de développement rural du pays.

Découvrir, débattre et s’inspirer des exemples étrangers est une manière utile de prendre plus de recul sur nos problématiques et dans la réflexion sur les solutions à trouver pour les territoires français.

Pour son deuxième jour de travail, la délégation a rencontré le Gouverneur du Burgenland à Eisenstadt (15 000 hab), la commune la plus peuplée du plus petit Land (270.000 hab). Objectif : mieux comprendre la stratégie de développement économique et de valorisation des acteurs économiques locaux de ce Land qui a choisi de a choisi de s’appuyer sur les opportunités et soutiens offerts par l’Europe pour afficher un développement volontariste, permettant d’accroitre sensiblement la richesse et la vie de ses habitants.

Découverte ensuite d’une « pépite rurale » à Rust, commune-district aux atouts touristiques exceptionnels, qui dénombre 450.000 nuitées annuelles. Une petite région viticole qui favorise l’attractivité hôtelière.

Les représentants du ministère ont également présenté les politiques menées en faveur du développement rural.

Un travail en profondeur et coordonné qui produit de beaux résultats dans un pays qui affiche une réussite insolente en matière d’emploi avec un faible taux de chômage (5%).

Un passage également par l’ambassade de France, joyau architectural, témoin du talent exceptionnel du nancéien Louis Majorelle.

La dernière journée a été consacrée à Saint-Pölten, « capitale » de la Basse Autriche, 2e Land le plus peuplé (1,6M2 d’habitants), pour découvrir les chemins de la réussite d’un Land très dynamique, dont l’équivalent de la consommation d’électricité est couverte par sa production d’EnR [énergies renouvelables]. Un Land qui a choisi de ne fermer aucune école quel que soit le nombre d’enfants scolarisés dans la commune, ce qui peut surprendre.

Beaucoup de choix originaux a découvrir au début de l’automne prochain dans le rapport sénatorial qui sera présenté avec la délégation aux collectivités territoriales.