Lundi 2 et jeudi 5 décembre, deux conseils de juridiction se sont tenus à Nancy, dans le prolongement de la « loi de programmation et de réforme pour la justice » votée par le Parlement en mars 2019. L’occasion pour les professionnels du monde judiciaire (greffiers, magistrats, avocats…) d’échanger entre eux et avec les élus présents, locaux comme nationaux, alors que les conséquences de la nouvelle loi se déploient progressivement sur le terrain.

Le premier, tenu à la cité judiciaire, à l’initiative du Président du Tribunal de Grande Instance Jean-Baptiste Haquet, et du procureur de la République François Perain, a permis entre autres d’évoquer les enjeux territoriaux d’accès à la justice et la nécessité de rapprocher les institutions et les personnels judiciaires des citoyens, afin que leur droit à la justice ne soit pas uniquement théorique.

Le second, organisé par le Premier président de la Cour d’Appel de Nancy Jean-Pierre Ménabé au sein de cette dernière et du Procureur général Frédéric Fèvre, a fait lui l’objet d’un vote sur les orientations prises par les institutions du ressort de la Cour d’Appel à la suite de la « loi justice », en particulier sur les notions de spécialisation et d’ajout de compétence, nouvelles possibilités offertes pour les tribunaux.

Des temps d’échanges et de dialogues indispensables entre élus et professionnels du monde judiciaire, la justice étant l’un des fondements sur lequel repose l’organisation de notre société.