9 FéVRIER 2017

Des étudiants lunévillois visitent le Sénat et rencontrent des représentants de FinTech

Le 9 février, Jean-François Husson a reçu une trentaine d'étudiants en BTS Banque pour une visite du Sénat suivie d'un passage en tribune pendant la séance de questions d'actualité au Gouvernement. 

A quelques mois de leur examen final, les jeunes visiteurs ont souhaité interroger Jean-François Husson sur un certain nombre de sujets législatifs brûlants tels que la loi Sapin II, la loi Travail ou la loi pour une République numérique. Ils voulaient aussi connaître son avis sur le projet Notre Dame des Landes et sur le prélèvement à la source.

A l'issue de cette visite, les étudiants n'étaient pas au bout de leur surprise puisque Jean-François Husson avait demandé à Olivier Goy, fondateur et président de Lendix, 1ère plateforme de prêt aux PME en France, et Alain Clot, Président de France FinTech (association des start ups du secteur financier digital), de venir présenter leur activité. 

Ils définissent ainsi les FinTech : "entreprises utilisant des modèles opérationnels, technologiques ou économiques innovants et disruptifs, visant à traiter des problématiques existantes ou émergentes de l’industrie des services financiers".

Leurs propos sans tabou, allant à contre-courant avec la sinistrose ambiante ont conquis leur auditoire : 

La France a de nombreux atouts : nous sommes des leaders en DATA Science et la gestion des données est le "nerf de la guerre". Si 65000 français sont présents dans la Sylicon Valley, cela n'est pas dû hasard. L'un des plus importants centres de recherche en intelligence artificielle est à Paris.

La France a la capacité d'attirer des jeunes diplômés et des expérimentés. Elle est la première d'Europe en création d'entreprises. 

Le succès des Fin Tech s'explique par leur souplesse, leur rapidité, leur coût moindre, leur accessibilité. Cela bouscule le fonctionnement des banques, qui ont toujours un avenir devant elles si elles se renouvellent profondément. 

Pleins d'entrain, ces entrepreneurs ont saisi cette occasion pour donner de nombreux conseils décoiffants aux jeunes meurthe-et-mosellans en vue de leur avenir professionnel : 

"A une époque, il était possible durant une carrière d'être passif, de s'appuyer sur ses acquis... C'est terminé. Il faut continuer de se former sans cesse, suivre l'actualité. Cela est exigeant mais passionnant."

"Vous seriez fous d'exclure la piste des start up."

"Soyez curieux, chercher par vous-mêmes, prenez des initiatives."

"Ne faites pas votre premier choix professionnel en fonction du salaire ou du sacro-saint CDI."

"Parler anglais est obligatoire."

 

  • Galerie d'images
JoomShaper