Mercredi 10 février, Jean-François Husson a interrogé monsieur le ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, en séance sur les conclusions du rapport de la commission d’enquête pour l’évaluation des politiques publiques face aux grandes pandémies à la lumière de la crise sanitaire de la COVID19 et de sa gestion dont Jean-François Husson était membre.

« Comment aujourd’hui pensez-vous remédier à cette gestion lente et désordonnée de la crise sanitaire qui participe d’une certaine manière, je dois le dire, au climat anxiogène ressenti par les Français ? »

La gestion centralisée de la crise n’a permis :

🔸 Ni d’assurer une territorialisation dynamique dynamique des décisions qui aurait probablement aidé à mieux gérer la crise dans les territoires les plus touchés comme le Grand Est et de ralentir la propagation du virus ailleurs en France.

🔸 Ni de doter les acteurs locaux d’un soutien suffisant leur donnant les moyens de leurs actions.

Loin d’être linéaire, la mise en œuvre de la stratégie de lutte contre le coronavirus s’est apparentée à une course d’obstacles où la multiplication des décisionnaires n’a fait que ralentir la chaîne de commandement, à ce moment-là inadaptée et peu fluide.