« Sur les dernières années, nous constatons une baisse, très légère (16 communes en chiffre net), du nombre de distributeurs automatiques de billets. Nous regardons avec attention où se passe l’érosion des DAB afin d’envisager des formules complémentaires favorisant l’accès de nos concitoyens aux espèces (les commerçants, les distributeurs supportés avec les collectivités locales) » (François Villeroy de Galhau).

La commission des finances du Sénat auditionnait le 27 janvier le gouverneur de la Banque de France, Monsieur François Villeroy de Galhau. Jean-François HUSSON a évoqué deux sujets sur lesquels il s’est suis fortement investi : le secteur des assurances et les distributeurs automatiques de billets.

  • Depuis le début de la crise sanitaire, le Sénat s’est intéressé aux conséquences pour les assureurs en termes de sinistralité. En attendant la mise en place d’un régime de prise en charge des pertes d’exploitation pour l’avenir, que nous appelons de nos vœux, Jean-François HUSSON a souhaité obtenir des précisions sur la résilience du secteur.
  • La Banque de France a annoncé la semaine dernière la fermeture de 14 caisses de tri d’espèces d’ici l’année prochaine, soit près de 40 % du total. Cette décision est justifiée par la baisse du recours aux espèces, tendance structurelle que la crise sanitaire a fortement accentuée. Pour autant, l’enjeu de l’accès aux espèces constitue un point de préoccupation majeur en termes d’exclusion territoriale et numérique. Comment concilier cette décision avec la volonté de maintenir un accès équitable aux espèces sur le territoire ?