Mardi 10 mai dans l’après-midi a eu lieu la cérémonie de commémoration pour la Journée nationale des mémoires, de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions au jardin du Luxembourg. Accompagné du Président du Sénat Gérard Larcher, Emmanuel Macron a présidé cette cérémonie en compagnie de Jean-Marc Ayrault, Président de la Fondation pour la Mémoire de l’Esclavage.

La Meurthe-et-Moselle continue d’entretenir la mémoire de ce combat humaniste fondateur. En effet, l’abbé Grégoire, né à Vého, fut curé d’Emberménil de 1780 à 1791 avant d’embrasser une carrière politique. À l’origine de l’article 1er de la DDHC « Les Hommes naissent et demeurent libres et égaux en Droits », il combattit fermement l’esclavage, y compris lors de son rétablissement en 1802 par Napoléon Bonaparte.

Aujourd’hui encore, son combat est reconnu jusqu’à Port-au-Prince où une statue est érigée à son effigie tandis qu’un musée, situé à Emberménil, lui rend hommage. Décédé le 28 mai 1831, ses cendres reposent au Panthéon.

Cette journée nationale représente un moment essentiel de rassemblement derrière les valeurs communes d’égalité et de liberté.