Dès l’été 2018, le gouvernement avait fait part de sa volonté de revenir sur le maillage territorial des trésoreries, en lien avec les bouleversements engendrés par la mise en place du prélèvement de l’impôt à la source. En Meurthe-et-Moselle, il existe actuellement 23 trésoreries.

Depuis l’été 2019, de nombreuses réunions entre le Directeur départemental des Finances Publiques et la Préfecture de Meurthe-et-Moselle se tiennent avec les élus locaux et nationaux pour évoquer cette « nouvelle carte » qui s’inscrit en parallèle du déploiement des Maisons France Service (MFS).

La réorganisation porte principalement sur trois grandes missions, que le gouvernement souhaite désormais séparer :

  • Le traitement des mandats, titres et action en recouvrement.
  • L’accueil du public.
  • La mission de conseil auprès des élus.

Devant l’ampleur de cette ré-organisation, il reste impératif que les élus locaux, qui connaissent les besoins du territoire, restent étroitement associés à ce processus.

Dernière réunion en date, celle d’Einville-au-Jard, qui s’est tenue mercredi 4 novembre spécifiquement pour le territoire du Sânon, en présence du Directeur Départemental des Finances Publiques, du sous-Préfet de Lunéville et des élus de la Communauté de Communes du Sânon. Ce temps d’échanges permettait aux services de l’État de préciser aux acteurs locaux les contours de la réforme et son application sur le territoire.

Pour autant, devant les inquiétudes et préoccupations des élus, dont certaines questions sont restées sans réponses, il est nécessaire de poursuivre un travail partenarial, au plus proche des réalités du terrain, afin de construire la meilleure offre de services aux habitants, adaptée à leurs attentes. Sans ce réel travail de concertation, nous ne pouvons construire, encore moins aujourd’hui qu’hier, une action publique efficace et reconnue.