Ce mardi 19 mars, le Sénat débute l’examen du projet de loi d’Orientation des Mobilités (LOM) en séance publique.

Ce texte est d’une importance majeure pour répondre aux problématiques d’enclavement des territoires, notamment ruraux, et moderniser notre réglementation des transports face à l’émergence rapide de nouvelles solutions de mobilité. Il a également un rôle à jouer en matière de transition énergétique et écologique, puisque les transports sont le premier émetteur de CO2.

Les Sénateurs, dès la commission, ont cherché à amender le texte pour répondre à ces exigences. Jean-François Husson a déposé lui-même des amendements relatifs aux carburants alternatifs, aux enjeux de la qualité de l’air ou encore sur l’enjeu des « petites lignes » ferroviaires, comme la ligne 14 Nancy – Merrey.

Le gouvernement se doit lui aussi d’être à la hauteur des ambitions de la LOM, en mettant les moyens adéquats sur la table.

Le vote solennel du projet de loi aura lieu le mardi 2 avril dans l’après-midi.