Le 28 février, la Meurthe-et-Moselle était à l’honneur au Salon international de l’Agriculture. L’occasion pour Jean-François HUSSON d’apprécier la passion et le savoir-faire qui font la richesse de l’agriculture locale et nationale.

Une journée ponctuée de découvertes, que le sénateur a commencée aux côtés des céréaliers de l’association Passion céréales, dont l’activité dynamique irrigue de nombreux domaines. Il était chaleureusement accompagné par Philippe HENNEBERT, agriculteur et maire de Minorville.

L’agriculture française continue de se démarquer par la qualité des céréales produites, ensuite transformées avec soin par les artisans boulangers dont la maîtrise nous est mondialement enviée. Si la traditionnelle baguette fabriquée à partir de farine de blé reste un incontournable, la tendance est au retour de céréales anciennes aux propriétés nutritionnelles reconnues, comme le sarrasin. De quoi créer des associations étonnantes et satisfaire les papilles des amateurs.

Jean-François HUSSON a également échangé avec les agriculteurs et agronomes autour des technologies innovantes permettant l’utilisation des céréales, principalement le maïs, dans la production de biogaz et bioéthanol. Ce secteur porteur démontre que l’agriculture a un rôle certain à jouer dans la transition écologique.

La visite s’est poursuivie sur le stand du département de Meurthe-et-Moselle, animé par des producteurs locaux et artisans généreux. Au menu : la nouvelle Miral’or – tarte à la mirabelle recouverte d’un crumble au miel lorrain –, des bergamotes, du pâté lorrain, des madeleines de Liverdun, des bières artisanales, et bien d’autres… Un joli tour d’horizon du terroir lorrain riche en saveurs !

La journée s’est achevée par le pavillon animalier et un détour auprès des vaches vosgiennes.

Le Salon international de l’agriculture continue d’attirer près de 700 000 visiteurs par an et offre un bel aperçu du potentiel agricole de nos régions de France, dont nous pouvons être fiers. Un lieu de partage qui dépasse d’ailleurs les frontières nationales, puisqu’un pavillon est dédié à l’agriculture du monde et que des dizaines de délégations nationales se déplacent chaque année pour (re)découvrir le salon.

De quoi nourrir notre réflexion sur l’avenir de ce secteur dont le développement responsable doit être une priorité : nourrir et faire vivre les générations présentes tout en préparant l’avenir des générations futures. Valoriser notre terroir et former la jeune génération à l’utilisation et l’élaboration de technologies innovantes qui permettront d’accompagner le secteur agricole vers le monde de demain.