Le top départ a été donné aujourd’hui à 14h30 pour près de 3 semaines d’intenses débats budgétaires sur le Projet de loi de finances (PLF) pour 2024.

Si l’Assemblée Nationale n’a pas pu débattre sur le texte avec un nouvel article 49.3 dégainé par le Gouvernement, le Sénat lui l’examinera bien.

Prévisions de croissance du Gouvernement pour 2024 trop optimistes, déficit de l’État passé de moins de 90 milliards d’euros en moyenne avant 2020 à plus de 150 milliards d’euros depuis, aucune économie proposée dans le budget… Les finances publiques de la France sont dans le rouge cramoisi quand nos voisins se redressent.

Le Gouvernement doit nous entendre, il n’est pas trop tard pour agir et redresser la barre !

Qui dit début de l’examen du Projet de loi de finances (PLF) pour 2024 dit aussi début du « marathon » et « nuit de la mort ».

Depuis 19h ce soir, et jusqu’au petit matin, Jean-François Husson examine les plus de 2000 amendements déposés par ses collègues afin de donner l’avis de la Commission des Finances sur chacun d’entre eux avant la réunion de demain à 14h.

Pourquoi un délai aussi contraint ? Conformément à l’article 47 de la Constitution et à l’article 40 de la loi organique relative aux lois de finances (LOLF), le Sénat dispose de 20 jours seulement pour examiner l’ensemble du budget à compter de sa transmission par l’Assemblée Nationale.

Il n’y a donc pas de temps à perdre pour pouvoir respecter ce délai et aller au bout de l’examen du texte.

Fort heureusement, pour y parvenir, Jean-François Husson sera entouré tout au long de la nuit par une équipe d’administrateurs aux compétences pointues sur les sujets les plus complexes. Leur expertise et leur travail d’une grande qualité me permettront d’arbitrer les amendements dans les meilleures conditions. Merci à eux !