Au lendemain de la réception de 800 jeunes agriculteurs à l’Elysée par le président Macron et à la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, je m’associe à la tribune de mon ami Daniel Grémillet, sénateur des Vosges, cosignée par plus de 100 parlementaires.

Alors que se tient aujourd’hui le Conseil Européen informel à Bruxelles, « il y a urgence à agir » pour maintenir le budget alloué à la Politique Agricole Commune (PAC), pour rester à la hauteur de ses ambitions fondatrices et conserver « notre capacité à répondre aux défis présents et futurs ».

Négociations sur le prochain cadre financier pluriannuel de l’Union Européenne : Mobilisation des parlementaires pour une action politique forte et une sanctuarisation du budget de la PAC

L’action des gouvernements français successifs, depuis la création de l’Europe, dans les négociations européennes, a toujours résolument été tournée vers l’objectif de préservation de la Politique Agricole Commune (PAC), seule politique ayant une dimension européenne et dont le pays reste l’un des principaux bénéficiaires.

Admettre que la France ne soit pas aux avant-postes de la défense budgétaire de la PAC est une faute économique et historique. Plus que jamais, la priorité pour la France et pour l’Europe, doit être de porter une ambition agricole et agroalimentaire forte à travers une stratégie économique clairement définie. N’oublions pas que l’agriculture et l’industrie agroalimentaire contribuent largement à redresser la balance commerciale de la France. Il est impensable d’admettre que, pour la première fois de son histoire, la France soit prête à accepter une diminution de l’enveloppe agricole communautaire. Cette attitude serait en totale opposition avec la politique agricole menée par tous les grands pays (Etats-Unis, Inde, Brésil, Chine…) qui accroissent leur budget en se positionnant face à l’enjeu alimentaire. Cette attitude mettrait dangereusement en péril la Ferme France et sa capacité à répondre aux défis présents et futurs. Au contraire, la France, avec le monde paysan, doit garantir l’autonomie alimentaire et se donner les moyens de son ambition.

A la veille d’un Conseil Européen informel en fin de semaine, au cours duquel les ambitions fondatrices de la PAC seront peut-être remises en cause, de façon inédite, nous demandons la sanctuarisation de la PAC et de son budget, et en appelons à la responsabilité des dirigeants français.

Fragilisée, soumise à l’impact de la volatilité des prix, aux crises à répétition et aux aléas climatiques, l’agriculture française doit, aujourd’hui et pour les années à venir, se renforcer sur le plan de la compétitivité tout en relevant les défis liés au changement climatique, à l’environnement et à la concurrence internationale et sécuriser ses approvisionnements.

Nos priorités aujourd’hui sont l’amélioration des outils de gestion des risques, l’organisation des marchés et la régulation pour prévenir les crises, l’accroissement  de la compétitivité de l’agriculture, l’encouragement vers plus de lien entre agriculture et territoire et enfin, la nécessité de sortir d’une approche défensive en matière environnementale.

A l’heure des négociations actuelles en vue d’un accord de libre-échange entre l’UE et l’Australie, entre l’UE et le Canada (CETA) et avec la Nouvelle-Zélande et les pays du Mercosur, il convient de tout mettre en œuvre pour ne pas aboutir à des distorsions de concurrence en laissant entrer sur le marché de l’Union Européenne des produits qui ne respectent pas les normes européennes et françaises alors même que le France aurait à subir davantage de contraintes. L’occasion est donnée à la France, ce vendredi, de renouveler son leadership sur la scène européenne, et de porter une vision commune offensive et une capacité européenne à porter l’exigence de ses standards de production et l’excellence de ses produits au niveau mondial.

A la veille de l’ouverture du 55ème Salon International de l’Agriculture, les agriculteurs, les entreprises agroalimentaires présentes sur l’ensemble de nos territoires ont besoin d’une vision claire, volontariste et ambitieuse de la stratégie française. Ils ont besoin d’une confiance renouvelée à travers la défense résolue du budget de la PAC.

Enfin, pour ce secteur qualifié plusieurs fois de « stratégique », garant de la « souveraineté alimentaire » par le Président Emmanuel Macron, lors de son discours de Rungis, à l’automne 2017, nous attendons que l’on donne du sens à la politique agricole et agroalimentaire française et européenne, et que le Gouvernement Français s’engage aux côtés des exploitants pour le développement d’une agriculture économiquement viable, territorialement équilibrée, socialement équitable et respectueuse de l’environnement. Il serait coupable pour l’exécutif français de manquer ce rendez-vous européen. Ce serait la première fois que le Président de la République et le Gouvernement renonceraient à défendre la PAC et accepteraient une diminution de son budget, au préjudice de nos agriculteurs, de nos territoires, et de notre économie.

 

Tribune signée par les parlementaires :

Daniel GREMILLET, Sénateur des Vosges, Jean-François HUSSON, Sénateur de la Meurthe-et-Moselle, Bruno RETAILLEAU, Sénateur de la Vendée, Sophie PRIMAS, Sénateur des Yvelines, Jean BIZET, Sénateur de la Manche, Philippe BAS, Sénateur de la Manche, Michel RAISON, Sénateur de la Haute-Saône, Jackie PIERRE, Sénateur des Vosges, Laurent DUPLOMB, Sénateur de la Haute-Loire, Pierre CUYPERS, Sénateur de la Seine-et-Marne, Patricia MORHET-RICHAUD, Sénatrice des Hautes-Alpes, Elisabeth LAMURE, Sénateur du Rhône, Guy-Dominique KENNEL, Sénateur du Bas-Rhin, Rémy POINTEREAU, Sénateur du Cher, Gérard LONGUET, Sénateur de la Meuse, Franck MENONVILLE, Sénateur de la Meuse, Dominique ESTROSI-SASSONE, Sénateur des Alpes-Maritimes, Philippe MOUILLER, Sénateur des Deux-Sèvres, Anne CHAIN-LARCHE, Sénatrice de la Seine et Marne, Jean-François LONGEOT, Sénateur du Doubs, Philippe DALLIER, Sénateur de la Seine-Saint-Denis, Alain CHATILLON, Sénateur de Haute-Garonne, Max BRISSON, Sénateur des Pyrénées-Atlantiques, Frédérique PUISSAT, Sénatrice de l’Isère, Catherine DEROCHE, Sénatrice de Maine et Loire, Jean-Marie MORISSET, Sénateur des Deux-Sèvres, Catherine DI FOLCO, Sénateur du Rhône, Jean-François RAPIN, Sénateur du Pas-de-Calais, Gérard CHERPION, Député des Vosges, François GROSDIDIER, Sénateur de la Moselle, Cyril PELLEVAT, Sénateur de la Haute-Savoie, Christophe PRIOU, Sénateur de la Loire-Atlantique, Sébastien LEROUX, Sénateur de l’Orne, Jean-Marc BOYER, Sénateur du Puy-de-Dôme, Antoine LEFEVRE, Sénateur de l’Aisne, Catherine TROENDLE, Sénateur du Haut-Rhin, Vivette LOPEZ, Sénateur du Gard, Jean-Jacques GAULTIER, Député des Vosges, Nicole DURANTON, Sénateur de l’Eure, Brigitte MICOULEAU, Sénatrice de la Haute-Garonne, Jean-Pierre LELEUX, Sénateur des Alpes-Maritimes, Claudine THOMAS, Sénatrice de la Seine et Marne, Ladislas PONIATOWSKI, Sénateur de l’Eure, Jean-Noël CARDOUX, Sénateur du Loiret, Daniel LAURENT, Sénateur de la Charente-Maritime, Arnaud BAZIN, Sénateur du Val d’Oise, Jacqueline EUSTACHE-BRINIO, Sénatrice du Val d’Oise, Bernard FOURNIER, Sénateur de la Loire, Dominique de LEGGE, Sénateur d’Ille et Vilaine, Bernard BONNE, Sénateur de la Loire, Pascale BORIES, Sénatrice du Gard, Michel VASPART, Sénateur des Côtes d’Armor, François BONHOMME, Sénateur de Tarn-et-Garonne, Christophe NAEGELEN, Député des Vosges, Jean Pierre VOGEL, Sénateur de la Sarthe, Chantal DESEYNE, Sénateur d’Eure-et-Loir, Christine BONFANTI-DOSSAT, Sénateur de Lot et Garonne, Florence LASSARADE, Sénatrice de la Gironde, Pascale GRUNY, Sénateur de l’Aisne, Claude NOUGEIN, Sénateur de la Corrèze, Charles REVET, Sénateur de Seine-Maritime, Claude KERN, Sénateur du Bas-Rhin , Brigitte LHERBIER, Sénatrice du Nord, Jean-Pierre MOGA, Sénateur de Lot-et-Garonne, Sylvie GOY-CHAVENT, Sénatrice de l’Ain, Pierre MEDEVIELLE, Sénateur de Haute-Garonne, Stéphane PIEDNOIR, Sénateur de Maine-et-Loire, René-Paul SAVARY, Sénateur de la Marne, Françoise FERAT, Sénateur de la Marne, Annick BILLON, Sénatrice de la Vendée, Jean-Pierre VIAL, Sénateur de la Savoie, Stéphane VIRY, Député des Vosges, Véronique GUILLOTIN, Sénatrice de la Meurthe et Moselle, Olivier CIGOLOTTI, Sénateur de la Haute-Loire, André REICHARDT, Sénateur du Bas-Rhin, Michel FORISSIER, Sénateur du Rhône, Yves DETRAIGNE, Sénateur de la Marne, Mathieu DARNAUD, Sénateur de l’Ardèche, Jacques GENEST, Sénateur de l’Ardèche, Jean-Raymond HUGONET, Sénateur de l’Essonne, Patrick CHAIZE, Sénateur de l’Ain, Henri LEROY, Sénateur des Alpes Maritimes, Marie-Christine CHAUVIN, Sénateur du Jura, Louis-Jean de NICOLAY, Sénateur de la Sarthe, Gérard CORNU, Sénateur d’Eure-et-Loire, Philippe NACHBAR, Sénateur de la Meurthe-et-Moselle, Christophe-André FRASSA, Sénateur représentant les Français établis hors de France, Pierre LOUAULT, Sénateur d’Indre et Loire, Martine BERTHET, Sénatrice de la Savoie, Corinne IMBERT, Sénatrice de la Charente-Maritime, Serge BABARY, Sénateur d’Indre-et-Loire.