« Le premier sujet du plan de relance est d’accélérer la transition écologique et la décarbonation de l’économie afin d’en faire un sujet de rassemblement. J’aspire à un voeu : que nous y arrivons. Cela a été jusqu’à présent un sujet de division. Je veux parler des Bonnets Rouges, des Gilets Jaunes, des phénomènes de ZAD. Tout ce qui pourra aider est une bonne chose. »

« Les dépenses publiques vont s’élever à plus de 62% du niveau de PIB en 2020 pour redescendre à 58,5% en 2021. Je vous pose simplement une question : par quelles mesures, ou par quels artifices, parviendrez-vous à diminuer les dépenses publiques de 4 points en 1 an quand elles n’ont diminué que d’un point en 2 ans ? »

Jeudi 10 septembre et mercredi 30 septembre 2020, dans le cadre du plan « France relance » et du Projet de Loi de Finances 2021, la commission des finances du Sénat a auditionné :

  • M. le ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, M. Bruno Le Maire.
  • M. le ministre délégué auprès du ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, chargé des Comptes publics, M. Olivier Dussopt.

Jean-François Husson a souhaité les interroger sur

  • le rassemblement promis et annoncé dans les domaines écologiques, agricoles et relatif à l’épargne des ménages afin de mesurer la qualité de leur engagement.
  • les mesures prévues par le gouvernement pour diminuer les dépenses publiques en 2021. Il apparait dangereux de dire qu’aucune mesure n’est défavorable à l’environnement lorsqu’aucune garantie n’est donnée que l’exécution des mesures du PLF (et du plan de relance) se fera dans le respect des critères environnementaux mentionnés.