Jeudi 26 avril, j’ai choisi de dédier une journée de terrain sur le territoire meurtre-et-mosellan à la thématique sécurité-sûreté-prévention-tranquillité.

La matinée a débuté avec la visite de la gendarmerie de Bayon, en compagnie de son maire. Locaux, équipements, adaptation, les équipes nous ont fait part de leur quotidien, mais également des procédures pénales qui nécessitent plus de souplesse, pour plus d’efficacité. Un dialogue direct qui permettra d’avoir une meilleure appréhension des problématiques de terrain lors de l’examen du futur projet de loi Justice.

Ensuite direction Flavigny à la rencontre de 9 maires (Bayon, Flavigny, Tonnoy, Ferrières, Saffais, Roville-devant-Bayon, Mangonville, Laneuveville-devant-Bayon et Crévéchamps) – un territoire qui compte de 126 à 1.733 habitants par localité – issus de 4 intercommunalités. En février 2015, ces communes, réunies en groupement, ont fait une demande de subventions auprès du Fonds interministériel de prévention de la délinquance (FIPD) dans l’optique d’installer un système de vidéo surveillance suite à de multiples vols. La population a d’ailleurs bien accueilli les caméras. Ce retour sur expérience a permis de noter la réduction de 60 % les délits sur le secteur. Une action menée en parfaite collaboration avec la gendarmerie.

À Richardménil, la municipalité a mis en place le dispositif « Voisins vigilants », dont la vocation est de rassurer la population, améliorer la réactivité des forces de sécurité et accroître l’efficacité de la prévention de proximité. Elle a ensuite également opté pour plusieurs caméras de vidéo surveillance. Résultat : 16 cambriolages en 2016 avant sa mise en place, 0 dénombré en 2017.

C’est ensuite la Direction départementale de la sécurité publique de la police de Nancy-Lobau qui nous a accueillis. Des attentes similaires à celles des gendarmes, notamment sur la simplification des procédures pénales, des tâches administratives chronophages, et ici un manque d’effectif noté dans le nord du département.

La journée s’est s’achevée avec la visite du RAID à Champigneulles. Une équipe dans l’action, qui cultive la cohésion de groupe. Un dialogue franc, libre et naturel. Là encore, les nombreux éléments recueillis serviront à bon escient l’examen du futur projet de loi Justice.