Après 2 ans d’absence, conséquence de la crise sanitaire, les « Dialogues en territoire » (DeT) ont fait leur retour ce samedi 2 octobre matin à Moncel-lès-Lunéville ! Les sénateurs Jean-François Husson, Véronique Guillotin et Philippe Nachbar étaient ravis de pouvoir retrouver les élus locaux autour de ces instants privilégiés de convivialité et de travail, remerciant le Maire Matthieu Sigiel pour son accueil.

Les DeT, lancés en 2017 par les trois sénateurs de la liste Meurthe-et-Moselle Avenir, réunissent les élus d’une intercommunalité pour un temps de dialogues et d’échanges sur différents sujets. Une façon aussi de mieux se connaître ! Le premier de cette reprise était ainsi organisé pour les élus de la Communauté de communes du Territoire de Lunéville à Baccarat (CCTLB).

Plusieurs sujets ont rythmé cette matinée, et notamment :

La question des finances publiques, alors que l’augmentation du déficit de l’État face aux conséquences de l’épidémie peut laisser craindre à l’avenir des coupes budgétaires massives… qui par ricochet pourront avoir un impact sur les budgets locaux. Face au double défi de la dette économique et de la dette écologique, la solution passe aussi par l’Europe ! La taxe carbone aux frontières, que le Sénat pousse depuis plusieurs années, est une réponse écologique qui préservera en parallèle la compétitivité de nos entreprises. Une Europe forte, c’est une France forte !

Les communes forestières (et elles sont nombreuses dans la région Grand Est) ont pu évoquer la problématique du délai de paiement, du traitement et du service alors que les ravages causés par les parasites comme le scolyte font parfois drastiquement chuter les recettes de vente. C’est donc un sujet majeur pour la préservation des budgets communaux.

Pour les élus, l’enjeu des subventions de l’État prend d’autant plus d’importance. Pourquoi ne pas pouvoir cumuler DETR et DSIL ? Les choses évoluent… Depuis la loi NOTRé par exemple, il est possible d’améliorer le soutien de l’État quand des projets structurants sont portés par les élus.

L’occasion aussi d’évoquer le sujet scolaire alors que les maires, qui conservent cette prérogative, ont plus que jamais besoin d’un temps d’écoute et de dialogue avec l’Éducation nationale pour trouver des solutions de manière collective, solutions qui prennent en compte l’intérêt et le temps de l’enfant. Avec un objectif commun : garantir l’égalité des chances dans tous les territoires, promesse républicaine fondamentale.

D’autres DeT auront lieu dans les prochains jours et semaine, dans d’autres intercommunalités du département.