Dans le cadre de France 2030, Emmanuel Macron a appelé de ses vœux la réindustrialisation du pays. Mais de la parole aux actes il y a parfois un fossé.

Le Gouvernement propose de favoriser et de soutenir financièrement l’implantation dans le Sud de la France d’un concurrent indien qui se positionne exactement sur le même marché que l’entreprise Saint-Gobain à Pont-à-Mousson, fleuron de l’industrie française qui emploie 2 000 personnes. La colère de l’entreprise est légitime : elle mène de lourds travaux de décarbonation et maintient sa production en France dans un marché en surcapacité.

Comment justifiez cette décision ? Quelle est la stratégie gouvernementale pour parvenir à la nécessaire réindustrialisation de la France ? À ce stade, poser un cheval de Troie au centre même du paysage industriel remet en cause notre autonomie productive et la réciprocité normative. Jean-François Husson a posé mercredi 10 novembre une question d’actualité au Gouvernement.

L’Union européenne a d’ailleurs alerté sur deux points :

  • Surcapacité du marché des tuyaux en « fonte » : un site a fermé en Italie en 2019, un autre a subi une restructuration en Allemagne en 2020.
  • L’entreprise indienne a été condamnée pour dumping dans le cadre d’une plainte déposée à Bruxelles (vendre sur les marchés extérieurs à des prix inférieurs à ceux du marché national)

Retrouvez la vidéo de son intervention et la réponse du Gouvernement en cliquant ici.