Mercredi 16 janvier, le Sénateur Jean-François Husson était invité sur le plateau de Public Sénat, dans l’émission « Territoire Sénat » pour s’exprimer sur un certain nombre de sujets d’actualité.

En premier lieu, suite au lancement du « grand débat national » par le président de la République hier dans l’Eure, Jean-François Husson a salué la démarche, demandée depuis longtemps par les élus locaux et nationaux, en réponse au sentiment de déconnexion du pouvoir. Le Sénateur a rappelé la nécessité de faire France ensemble. Le Sénat, représentant des territoires, y prendra toute sa part.

Revenant sur la « transformation du Sénat » évoquée par la lettre du Président Macron aux Français, le Sénateur a dénoncé une provocation, rappelant l’utilité du bicamérisme dans une démocratie, notamment pour le rôle joué par le Sénat en tant que contre-pouvoir.

Rendant hommage au travail de la commission d’enquête sénatoriale relative à l’affaire Benalla, le Sénateur a souligné la gravité des fausses déclarations qu’Alexandre Benalla a effectué devant le Sénat lors de son audition en septembre dernier.

En tant que co-rapporteur sur la loi PACTE, Jean-François Husson a mentionné le fait que, bien que le texte donne l’impression d’être un « fourre-tout » compte-tenu de sa quantité de mesures, sa philosophie reste importante pour la France, afin d’aider ses entreprises, face à des indicateurs économiques et sociaux dans le rouge.

Le Sénateur a également souligné le fait que le Sénat comptait travailler finement et effectuer des propositions concrètes dans le cadre de la commission spéciale PACTE pour remédier à la copie de l’Assemblée nationale, jugée inaboutie.

Enfin, Jean-François Husson a rappelé la nécessité d’intégrer davantage les Français dans le combat écologique, indispensable à la réussite du défi climatique, plutôt que de mettre en œuvre une écologie punitive, plaidant également pour une écoute plus attentive des territoires.