Le ministre de la transition écologique et solidaire a présenté, le 6 juillet dernier, un « Plan climat » traçant des perspectives de politiques environnementales très ambitieuses pour accélérer la lutte contre le réchauffement climatique.

Alors qu’il était censé en assurer la traduction financière, le projet de loi de finances pour 2018, actuellement en discussion au Sénat, se caractérise par une hausse massive de la fiscalité énergétique et par l’insuffisance des moyens consacrés par l’État à l’accompagnement de la transformation écologique de notre société. 

Avec l’accélération brutale de la trajectoire de la taxe « carbone » et la convergence par le haut de la fiscalité de l’essence et du gazole prévues par le Gouvernement, c’est un véritable coup de massue fiscal de 46 milliards d’euros qui va s’abattre sur les Français au cours des cinq prochaines années. 

Dans le cadre de la seconde lecture du PLF 2018, je suis intervenu ce 1er décembre sur la thématique de la Mission Écologie, développement et mobilité durables. Retrouvez ici mon intervention.

 

 

JoomShaper