Parce que près d’un Français sur cinq souffre d’allergies aux pollens, soit 400.000 Lorrains, l’association Pollin’air propose d’alerter en quelques heures les personnes sensibles à la floraison et polinisation de près de 25 plantes allergissantes. Né d’un partenariat entre ATMO Grand Est, l’ARS, l’ORSAS et le Conservatoire et Jardins botaniques du Grand Nancy, ce projet citoyen développé depuis près de deux ans s’appuie sur le travail d’un réseau de sentinelles (botanistes, amateurs ou professionnels et agents des services partenaires). Leur mission : détecter et enregistrer en temps réel l’apparition de pollens allergènes. Ces informations sont ensuite transmises et accessibles sur une plateforme en ligne. Une façon d’anticiper les épisodes allergènes, minimiser les symptômes et réaliser des économies au niveau des traitements associés.

Associer, impliquer et animer des ateliers

Pour renforcer son réseau de sentinelles, l’association de surveillance de la qualité de l’air ATMO Grand Est a signé lundi 19 février une convention avec l’Ehpad Les Noisetiers de Mandres-sur-Vair (Vosges), invitant ainsi un groupe de résidents a devenir bénévoles du dispositif Pollin’air. Une façon également d’impliquer les personnes âgées et de leur proposer l’animation d’ateliers numériques et de cognition sur la thématique.
En tant que président d’ATMO Grand Est, j’ai donc cosigné cette convention avec Maryse Duval, directrice générale du groupe SOS Seniors auquel l’établissement est affilié.
Actuellement, ce sont cinq résidents et une dizaine de salariés volontaires de l’Ehpad qui, après avoir suivi une formation, participent activement au projet. Un premier partenariat qui devrait être suivi par tous les établissements du Grand Est appartenant au Groupe SOS Seniors.

Découvrez le site Pollin’air ici

Vosges Télévision a réalisé un reportage sur cet événement, à retrouvez ici
Le journal Vosges Matin a publié un article également sur le sujet, ici