Ce mercredi 14 avril en fin de journée, la commission des Finances du Sénat auditionnait Olivier Dussopt sur le programme de stabilité qui doit être transmis aux institutions européennes avant le 30 avril.

Le programme de stabilité a pour ambition de créer, dans un cadre européen, une trajectoire pour les finances publiques de chaque État membre afin de favoriser la croissance.

La version 2021 de ce document doit répondre à la quadrature du cercle :

🔸 la crise inédite qui perdure ;

🔸 l’importante récession qui lui succède (-8,2% du PIB en 2020) ;

🔸 l’augmentation des dépenses publiques qui en résulte (+2,7% en 2021) ;

🔸 le retour à une trajectoire saine et pérenne qui favorise une croissance durable et pourvoyeuse d’emplois, réduisant déficit et chômage.

Retrouver un équilibre pour les finances publiques de notre pays est un exercice périlleux après avoir ouvert en grand les vannes de la dépense publique !

Jean-François Husson a, à ce titre, interrogé monsieur le Ministre, comme nombre de mes collègues sénateurs, sur l’imprécision des annonces gouvernementales : on nous annonce vouloir ramener le déficit public autour de 3% du PIB en 2027 sans mentionner le début d’un quelconque plan d’actions pour atteindre cet objectif ! Cette équation à X inconnus est impossible !