Ce mercredi matin 20 juillet, Jean-François Husson participait en qualité de rapporteur général à la table ronde inflation et pouvoir d’achat organisée par la commission des finances du Sénat réunissant économistes et parlementaires.

Énergie : « Le coût de l’énergie pèse lourd, aux alentours de 40%, dans le déficit commercial de la France. Il y a eu, je pense, des décisions et des choix malheureux qu’on va devoir porter pendant un certain temps. La difficulté est encore devant nous. »

Prime pouvoir d’achat : « N’y a-t-il pas une forme de confusion, avec une prime pouvoir d’achat qui pourrait devenir pérenne ? Avec les phénomènes inflationnistes actuels, si on répond de manière temporaire à un phénomène plus durable, on risque de frapper à côté de la cible. Cela témoigne de contradictions et d’un manque de ciblages des aides. »

État de nos finances publiques : « Tout cela à un prix et un coût très lourd pour nos finances publiques, comment pensez-vous que l’on puisse répondre de la meilleure des manières à l’impact budgétaire et à la dégradation de nos finances publiques ? »

Collectivités locales : « J’ajoute que, comme le président de la République avait annoncé une réduction supplémentaire de 10 milliards sur les moyens accordés par l’Etat aux collectivités locales (quand celles-ci ont fait face à cette période difficile sans dégradation de leur ratio), comment dès lors éviter une dégradation importante de notre économie ? »