Durant le week-end des 24 et 25 avril, du génocide arménien le samedi à Nancy à la journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la déportation le dimanche à Champigneulles, Laxou et Nancy, Jean-François Husson était présent aux cérémonies commémoratives pour rappeler l’importance de ce devoir de mémoire.

Un devoir qui ne doit jamais nous quitter à l’heure où justice est réclamée dans des « rassemblements de la colère » pour Sarah Halimi. Pour Jean-François Husson, il faut définitivement dire non à la haine, au racisme et à la barbarie, et ne jamais céder devant l’ignominie et l’indicible.